$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Paul Lévy (15 septembre 1886 [Paris] - 15 décembre 1971 [Paris])

Paul Lévy est un mathématicien français, l'un des principaux artisans de la construction de la théorie moderne des probabilités au XXè siècle. Né le 15 septembre 1886 à Paris, fils et petit-fils de mathématiciens, il suit le cursus classique des élèves les plus brillants : études dans les grands lycées parisiens (Montaigne, Louis le Grand, Saint Louis), prix au concours général en grec et en mathématiques, il est reçu en 1904 premier au concours de l'École Normale Supérieure et deuxième à celui de l'École Polytechnique. Il choisit cette dernière, y étudie deux ans, publie son premier article de recherche en 1905, effectue son service militaire, puis étudie à l'École des Mines de 1907 à 1910.

Paul Lévy soutient sa thèse en 1912. Elle porte sur l'analyse fonctionnelle, sujet qui occupera la première partie de sa carrière. Un an plus tard, il devient professeur à l'École des Mines et assistant à l'École Polytechnique. Il épouse Suzanne Lévy (dont le père s'appelle également Paul Lévy!). Ils auront trois enfants dont une fille qui deviendra mathématicienne.

Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, Lévy est mobilisé comme capitaine d'artillerie et il dirige le poste de défense anti-aérienne de Roissy-en-France. À la sortie de la guerre, il édite et améliore les derniers travaux de René Gâteaux, tombé au front. En 1920, il devient professeur à l'École Polytechnique, poste qu'il occupera jusqu'à sa retraite en 1959.

C'est par l'enseignement que Lévy se tourne vers les probabilités. Alors qu'il cherche une justification théorique à l'utilisation de la loi de Laplace-Gauss dans la théorie des erreurs, il se trouve dans l'obligation de définir de nouveaux objets : loi d'une variable aléatoire abstraite, fonction caractéristique, convergence en loi... Les contributions de Lévy à la théorie des probabilités sont nombreuses, et comprennent aussi l'étude des lois stables, celle des processus stochastiques et des martingales.

La Seconde Guerre Mondiale est une épreuve pour Lévy qui est juif. Dans un premier temps, l'École Polytechnique est déménagée à Lyon et Lévy peut continuer à y enseigner en raison de son activité pendant la Première Guerre Mondiale. Mais la situation se durcit et à l'été 1942, Lévy se réfugie clandestinement à Montbonnot, près de Grenoble, où vit son beau-fils. Sa correspondance avec Maurice Fréchet l'aide à rester dans le cercle des mathématiciens.

À la fin de la guerre, Lévy retourne à Paris et reprend ses enseignements à l'École des Mines et à l'École Polytechnique. Il est élu membre de l'Académie des Sciences en 1964, et décède en 1971 à l'âge de 85 ans.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Lévy

Les mathématiciens contemporains de Lévy (né en 1886)
  • Pavel Alexandrov (né en 1896)
  • Emil Artin (né en 1898)
  • René Baire (né en 1874)
  • Stefan Banach (né en 1892)
  • Félix Bernstein (né en 1878)
  • Serguei Bernstein (né en 1880)
  • Arne Beurling (né en 1905)
  • George David Birkhoff (né en 1884)
  • Harald Bohr (né en 1887)
  • Émile Borel (né en 1871)
  • Luitzen Egbertus Jan Brouwer (né en 1881)
  • Constantin Carathéodory (né en 1873)
  • Elie Cartan (né en 1869)
  • Henri Cartan (né en 1904)
  • André-Louis Cholesky (né en 1875)
  • Richard Courant (né en 1887)
  • Georges De Rham (né en 1903)
  • Paul Dirac (né en 1902)
  • Pierre Fatou (né en 1878)
  • Lipót Fejér (né en 1880)
  • Ronald Aylmer Fisher (né en 1890)
  • Maurice Fréchet (né en 1878)
  • Guido Fubini (né en 1879)
  • René Gateaux (né en 1889)
  • Thomas Hakon Grönwall (né en 1877)
  • Hans Hahn (né en 1879)
  • Georg Hamel (né en 1877)
  • Godfrey Harold Hardy (né en 1877)
  • Félix Hausdorff (né en 1868)
  • Gaston Julia (né en 1893)
  • Andreï Kolmogorov (né en 1903)
  • Edmund Landau (né en 1877)
  • Henri Lebesgue (né en 1875)
  • Solomon Lefschetz (né en 1884)
  • John Littlewood (né en 1885)
  • Szolem Mandelbrojt (né en 1899)
  • Paul Montel (né en 1876)
  • Louis Mordell (né en 1888)
  • John von Neumann (né en 1903)
  • Rolf Nevanlinna (né en 1895)
  • Emmy Noether (née en 1882)
  • Alessandro Padoa (né en 1868)
  • Michel Plancherel (né en 1885)
  • Emil Leon Post (né en 1897)
  • Srinivasa Ramanujan (né en 1887)
  • Frigyes Riesz (né en 1880)
  • Bertrand Russell (né en 1872)
  • Issai Schur (né en 1875)
  • Waclaw Sierpiński (né en 1882)
  • Hugo Steinhaus (né en 1887)
  • Marshall Stone (né en 1903)
  • Teiji Takagi (né en 1875)
  • Otto Toeplitz (né en 1881)
  • Pavel Urysohn (né en 1898)
  • Hermann Weyl (né en 1885)
  • Norbert Wiener (né en 1894)
  • Oscar Zariski (né en 1899)
  • Ernst Zermelo (né en 1871)