Menteurs!

Il fallait oser le dire!

C'est Yannick Jadot qui l'a dit...

« C’était Toutânmacron !», déclare Yannick Jadot sur France Inter le 7/05/17, à la suite du discours du Louvres d'Emmanuel Macron le soir de son élection.

Source : France Inter, le 7 mai 2017 Votez! 0 vote(s)

Jawad Boudaoud
Lors de son procès pour avoir logé des terroristes de Daech : "Je sais pas si quelqu'un prend de la cocaïne dans la salle. Mais c'est terrible. C'est un engrenage. Tu prends 1 gramme, 2 grammes et pique et pique et colegram."
Lire la suite
Laurent Wauquiez

Confronté au premier ministre Edouard Philippe dans l'Emission Politique, Laurent Wauquiez déclare : « C’est vous qui décidez cette année de donner 80 000 titres de migrants économiques, alors même que notre pays connaît ce niveau de chômage. » Mais les chiffres du ministère de l'intérieur sont formels : ce sont 27 209 titres de séjour accordés à titre économique en 2017.

Lire la suite
Jean-François Copé
Interrogé en 2006 sur la proposition du candidat François Hollande de davantage taxer les «riches», gagnant plus de 4 000 euros nets, il a allégrement classé parmi cette catégorie les enseignants certifiés et les conducteurs de TGV : «Aujourd'hui en 2006, un professeur certifié en fin de carrière, ça gagne à peu près 4 100 euros par mois, un informaticien après dix ans d'expérience, un conducteur de TGV en fin de carrière, un VRP, ça gagne aussi entre 4 000 et 4 200 euros par mois.» Le Snes, le premier syndicat du secondaire, a aussitôt réagi pour expliquer qu'avec toutes les primes possibles, notamment la plus forte indemnité de résidence, un professeur certifié (ayant le Capes) pouvait partir à la retraite avec 3 063,90 euros net. La SNCF a précisé qu'avec un maximum de primes, un conducteur de TGV terminait sa carrière avec 3 400 euros. Par cette déclaration, Jean-François Copé entendait expliquer qu'avec 4 000 euros par mois et plus on faisait bien partie de la classe moyenne. Il faut dire que du temps où il était ministre, l'Etat louait pour JF Copé un logement à 5500 euros par mois!
Lire la suite
Nicolas Sarkozy
"Si je perds, j'arrête la politique". Voici ce que déclarait Nicolas Sarkozy, au micro de Jean-Jacques Bourdin le 8 mars 2012 sur RMC, lors de la campagne pour l'élection présidentielle. On connait la suite.....
Lire la suite
Manuel Valls
Concurrent à la primaire de la gauche en 2017, Manuel Valls signe et accepte l'engagement suivant : « Je m’engage à soutenir publiquement le-la candidat-e qui sera désigné-e à l’issue des élections des Primaires citoyennes et à m’engager dans sa campagne. » Pourtant, le 29 mars, il annonce son soutien à Emmanuel Macron, et non à Benoit Hamon, vainqueur de la primaire. Bien sûr, il a justifié ce non-respect de son engagement!
Lire la suite
François Bayrou
François Bayrou a une image positive de sa famille politique. Ainsi, il déclare en 2011 : "Rassembler les centristes, c'est comme conduire une brouette pleine de grenouilles : elles sautent dans tous les sens".
Lire la suite
Thierry Mariani
Voici ce que Thierry Mariani publie sur Twitter en novembre 2017 : "#Syrie. Promenade nocturne, en toute sécurité, dans les rues de #Damas...finalement bien plus propres que nos rues de Paris en fin de journée!". C'est vrai qu'en matière de nettoyage, Bachar el Assad possède d'excellents produits chimiques!
Lire la suite
François Fillon
Dans un discours dans son fief de Sablé sur Sarthe, le 28 aout 2016, attaquant Nicolas Sarkozy, il déclare : "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen?". Pourtant, le 1 mars 2017, il annonce qu'il va être convoqué en vue d'une mise en examen le 15 mars, et qu'il maintient sa candidature à l'élection présidentielle!
Lire la suite