Menteurs!

Il fallait oser le dire!

C'est Agnès Buzyn qui l'a dit...

Sur LCI le 4 juillet au matin, Agnès Buzyn est interrogée sur la date de l’annonce du plan contre la pauvreté. Elle aura lieu «en théorie la semaine prochaine», annonce la ministre de la Santé, qui ajoute : «Ça dépend peut-être aussi des matchs de l’Équipe de France [de football], parce qu’il faut de la disponibilité. Normalement ce plan devrait être présenté autour du 10 juillet mais nous verrons si l’équipe de France est en demi-finale ou pas.» C'est sûr que la pauvreté peut attendre les résultats d'un match de foot!

Source : Libération, 5 juillet 2018 Votez! 1 vote(s)

Lydia Guirous
En ce mois de mars 2018, la contestation populaire à Mayotte autour de l'insécurité gronde. Evidemment, la classe politique s'en empare. Comme Lydia Guirous qui déclare le 12 mars sur Sud Radio : "Il est vrai qu'il y a un souci. Vous savez que la maternité à Mayotte fait plus de 30 000 accouchements par an. Dont 70% de parents clandestins." Sauf que c'est parfaitement faux! En 2017, 9 674 bébés sont nés dans la maternité de Mamoudzou, chef-lieu du département. Ce nombre de naissances en fait la maternité la plus fréquentée de France. Mais ce n'est pas "30 000 accouchements", contrairement à ce qu'affirme Lydia Guirous. Par ailleurs, l'estimation de la porte-parole du parti Les Républicains sur les "70% parents clandestins" est aussi à relativiser. D'après l'Insee, 74% des femmes qui ont donné naissance à Mayotte en 2016 étaient de nationalité étrangère. Mais si l'on prend aussi en compte les pères, le chiffre tombe à quatre enfants sur dix avec deux parents étrangers. En clair, plus de la moitié des nouveaux nés à Mayotte deviennent Français parce qu'ils ont un parent français et pas parce qu'ils y sont nés. Et par ailleurs, ce n'est pas parce que les parents sont tous les deux de nationalité étrangère qu'ils sont forcément clandestins.
Lire la suite
Theresa May
«J'ai eu les couilles de le faire.» Le 2 juin 2016, la Première ministre britannique était interrogée sur la BBC à quelques jours d'élections parlementaires délicates pour son parti. Elle s'est vu demander d'expliquer ses revirements successifs sur différents sujets, à commencer par sa décision d'organiser ce scrutin alors qu'elle avait assuré ne pas vouloir le faire. «J'aurais pu rester en poste pour encore quelques années et ne pas convoquer d'élection. J'ai eu les couilles de le faire», a alors déclaré Theresa May. Madame la Première Ministre, faut-il vous rappeler quelques différences d'anatomie entre les hommes et les femmes?
Lire la suite
Gérard Piqué
«Se queda» («Il reste») . Voici ce que tweetait Gérard Piqué, en photo avec son coéquipier Neymar, le 23 juillet 2017. Pourtant, le 3 août, un communiqué tombe : Neymar est transféré au PSG.
Lire la suite
Johnny Halliday
En 2002, à l'arrivée d'une étape du rallye Paris-Dakar auquel il participe, il déclare au journaliste qui l'interroge : "" Tu te rends compte que si on n'avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart ! "
Lire la suite
Bruno Le Maire
En réponse à une intervention de Sira Sylla (LREM) sur le soutien aux victimes des inondations lors des questions au gouvernement, le ministre de l'Economie Bruno Le Mairea d'abord exprimé sa «solidarité», avant de lancer: «nous sommes en train de recueillir toutes les demandes avec le ministre de l'Intérieur Christophe Colomb». Après des rires dans l'hémicycle déclenchés par ce lapsus et un tonitruant «Gérard» fusant sur les bancs, le ministre a rebondi: «laissez moi reconnaître à Gérard Collomb la lucidité d'avoir découvert le Nouveau monde!», allusion au «nouveau monde», l'un des slogans des partisans d'Emmanuel Macron.
Lire la suite
Bruno Le Maire
Bruno le Maire tweetait le 19 février 2017 : "Emmanuel Macron est le candidat sans projet car c'est le candidat sans convictions : il change de discours suivant l'auditoire". Visiblement, il n'y a pas que Macron qui change d'avis. Le Maire est en effet devenu ministre de l'économie de ce même Macron 4 mois plus tard!
Lire la suite
Manuel Valls
Alors que, en tant que Premier Ministre, il a utilisé six fois l'article 49-3 de la constitution pour faire adopter des textes sans vote (loi Macron et loi travail notamment), il déclare le 15 décembre 2016 sur France Inter : "Je propose une renaissance démocratique car il y a un malaise dans notre démocratie. (…) Je connais les effets pervers du 49.3. Je suis très lucide. Son utilisation est devenue dépassée et apparaît comme brutale. Hors textes budgétaires, je proposerai de supprimer purement et simplement le 49.3.". En mai 2016, fortement attaqué sur l’utilisation répétée du 49.3 sur des textes décriés comme la loi Travail portée par Myriam El Khomri, Manuel Valls expliquait que cet outil constitutionnel était "tout l’inverse d’un passage en force" et que c’était "un acte qui est démocratique". Mais aujourd'hui, il semble avoir changé d'avis et ne le voit plus ainsi.
Lire la suite
Jean-Michel Blanquer
« Il n'y aura pas de loi Blanquer, j'en serai fier », avait promis le ministre de l'Education en mai 2017. Il s'est visiblement ravisé. En octobre 2018, une loi Blanquer est présenté au Conseil Supérieur de l'Education.
Lire la suite