Cryptographie!

Les grilles tournantes du colonel Fleissner

Description de la méthode
  Les grilles tournantes est une méthode de cryptographie popularisée par le colonel autrichien Fleissner dans son livre Handbuch der Kryptographie. Il est difficile de savoir s'il en est réellement l'inventeur (des procédés de chiffrement par grille étaient utilisés depuis fort longtemps), mais son nom est resté attaché à cette méthode car Jules Verne, en 1885, a repris cette méthode de cryptographie dans son roman Mathias Sandorf, en l'attribuant à Fleissner.

  Une grille de Fleissner est un carré que l'on divise lui-même en 36 petits carrés (égaux). Neuf de ces petits carrés sont découpés, en respectant la règle suivante : si on tourne la grille d'un 1/4 de tour, d'un 1/2 tour ou de 3/4 de tour, les trous que l'on obtient ne sont jamais superposés. Par exemple, la grille suivante est une grille de Fleissner.

  Pour chiffrer un message, on commence par poser la grille sur une feuille, puis on écrit les neuf premières lettres du message dans les trous de la grille. On fait alors faire un quart de tour à la grille (en la laissant au même endroit de la feuille). On écrit les 9 lettres suivantes dans les trous (qui ont changé de place). On recommence alors deux fois (en tournant à chaque fois la grille d'un quart de tour). Eventuellement, on complète le message avec des lettres choisies au hasard. A la fin, on obtient donc un tableau 6×6 de lettres. En lisant le tableau de gauche à droite et de haut en bas, on fabrique le message codé. Si le message comporte plus de 36 lettres, on recommence l'opération…

  Voyons par exemple comment coder ENVOYER DES RENFORTS ET DES MUNITIONS avec la grille précédente. La première étape donne :

  Les 3 étapes suivantes donnent :

  Remarquez que l'on doit compléter le message par des lettres factices pour remplir la dernière grille. Maintenant, si on ôte la grille, il reste sur la feuille de papier les lettres suivantes, disposées en carré :

  Le message chiffré est lu de gauche à droite et de haut en bas :
TEENI VTOSN ORSDY EEMNE DSRFU MOERD UTNEI S

  Si le message fait plus de 36 lettres, on répète plusieurs fois le même procédé.

  Pour déchiffrer un message, on fait les opérations en sens inverse. On commence par disposer les 36 premières lettres sous la forme d'un carré 6×6. On pose la grille, les 9 trous découvrent les 9 premières lettres du message clair. On tourne la grille d'un quart de tour, et on obtient les 9 lettres suivantes, et ainsi de suite… Ce déchiffrement est très bien expliqué par Jules Verne dans Mathias Sandorf.

  Bien entendu, on peut construire des grilles de Fleissner de toute taille n×n (si n est impair, il ne faut pas tenir compte du centre du carré). Ces grilles furent utilisées par l'arméee allemande durant la Première Guerre Mondiale, à la fin de l'année 1916. Chaque grille possédait un non de code : Anna pour la grille 5×5, Berta pour la grille 6×6, Clara pour la grille 7×7, Dora pour la grille 8×8, Emil pour la grille 9×9, Franz pour la grille 10×10.

  Il y a 49=262144 grilles de taille 6×6 différentes, suffisamment pour que le chiffre soit, avec les moyens de l'époque, considéré comme sûr, avec toutefois un bémol. Il était peu aisé de changer de grille parmi les 262144. Si quelqu'un parvient à dérober la grille utilisée, toute la sécurité du chiffre s'envole...
Chiffrer vos messages à l'aide des grilles de Fleissner
  Pour définir votre grille de Fleissner, cocher les cases que vous voulez trouer.

Message
Grille
     
Message codé :
Consulter aussi