$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Michel Plancherel (16 janvier 1885 [Bussy] - 4 mars 1967 [Zürich]

Michel Plancherel est un mathématicien suisse né à Bussy (près de Fribourg) en 1885. Il est l'aîné d'une famille de huit enfants dont le père est institueur. En 1892, la famille déménage à Fribourg, où il fait toutes ses études jusqu'à son doctorat soutenu en 1907 sous la direction du mathématicien tchèque Mathias Lerch. Profitant d'une bourse de l'État de Fribourg, il poursuit sa formation par deux séjours à Göttingen (1907-1909) puis à Paris (1909-1910), suivant les cours des plus grands mathématiciens du début du XXiè siècle (dont Hilbert, Lebesgue,...).

De retour en Suisse en 1910, il obtient un poste de privat-docent (poste non titulaire dans les universités d'influence germanique) à l'Université de Genève, puis un poste de professeur dès 1911 à Fribourg. Son père décède en 1912, et Michel, qui est l'aîné, s'occupe de sa famille. Il se marie en 1915 et aura neuf enfants. En 1920, il devient professeur de mathématiques à l'École polytechnique fédérale de Zürich et y reste jusqu'à sa retraite en 1955.

Si la thèse de Plancherel portait sur l'arithmétique, ses principaux domaines de recherche sont l'analyse (en particulier l'analyse harmonique) et la physique mathématique. Son nom est notamment resté attaché à son étude de la transformée de Fourier sur l'espace $L^2(\mathbb R)$ des fonctions de carré intégrable. Il démontre ainsi que la transformée de Fourier, définie de façon adéquate, est un opérateur unitaire sur $L^2(\mathbb R)$.

Outre son activité mathématique, Plancherel eut aussi un grand engagement dans la vie civile. Il est ainsi tour à tour recteur de l'École polytechnique fédérale, président de la Société suisse de mathématiques, il dirige, pendant la Seconde Guerre Mondiale, la division Presse et Radio de l'état major de l'armée suisse. Il est aussi président de la Mission Catholique de Zürich et oeuvre, en 1955, pour trouver des fonds pour accueillir 550 étudiants hongrois ayant fui leur pays.

Michel Plancherel décède le 4 mars 1967 des suites d'un accident survenu quelques jours plus tôt : il est renversé par une voiture en rentrant de l'École polytechnique fédérale.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Plancherel

Les mathématiciens contemporains de Plancherel (né en 1885)