$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Paul Du Bois Reymond (2 décembre 1831 [Berlin] - 7 avril 1889 [Freiburg])

Après des études de médecine commencées à Zürich, Paul Du Bois Reymond s'oriente à Königsberg, peut-être sous l'influence de Franz Neumann, vers la physique mathématique. Il occupe ensuite divers postes à l'université à travers toute l'Allemagne.

Ses travaux, très classiques, portent avant tout sur les équations différentielles et les équations aux dérivées partielles. Il s'intéresse aux solutions de ces équations, qu'il exprime comme somme d'une infinité de termes. Il prouve à cette occasion en 1873 un théorème très étonnant : Il existe une fonction continue dont la série de Fourier diverge en 0. Ce résultat a beaucoup surpris ses contemporains, surtout après les travaux de Dirichlet sur la convergence des séries de Fourier.

Le frère de Paul Du Bois Reymond, Emil, était également un scientifique (médecin) reconnu : il introduisit notamment l'usage de l'électricité dans la physiologie expérimentale.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Du Bois Reymond

Les mathématiciens contemporains de Du Bois Reymond (né en 1831)
  • Giulio Ascoli (né en 1843)
  • George Boole (né en 1815)
  • Georg Cantor (né en 1845)
  • Arthur Cayley (né en 1821)
  • Gaston Darboux (né en 1842)
  • Richard Dedekind (né en 1831)
  • Gottlob Frege (né en 1848)
  • Jean-Frédéric Frénet (né en 1816)
  • Georg Frobenius (né en 1849)
  • Francis Galton (né en 1822)
  • Josiah Willard Gibbs (né en 1839)
  • Jørgen Pedersen Gram (né en 1850)
  • Francis Guthrie (né en 1831)
  • Hermann Hankel (né en 1839)
  • Heinrich Eduard Heine (né en 1821)
  • Charles Hermite (né en 1822)
  • Camille Jordan (né en 1838)
  • Félix Klein (né en 1849)
  • Sofia Kovaleskaya (née en 1850)
  • Leopold Kronecker (né en 1823)
  • Edmond Laguerre (né en 1834)
  • Sophus Lie (né en 1842)
  • Rudolf Lipschitz (né en 1832)
  • Edouard Lucas (né en 1842)
  • Gösta Mittag-Leffler (né en 1846)
  • Max Noether (né en 1844)
  • Bernhard Riemann (né en 1826)
  • Hermann Schwarz (né en 1843)
  • Ludwig Sylow (né en 1832)
  • James Sylvester (né en 1814)
  • Pafnouti Tchebychev (né en 1821)
  • Karl Weierstrass (né en 1815)